Argent colloïdal: quels dosages?

L’argent colloïdal est une solution de particules d’argent, qui s’utilise en voie externe. C’est en fait la seule application autorisée aujourd’hui par les autorités européennes. Comment utiliser l’argent colloïdal et à quels choix procéder ? Nous vous éclairons sur ce composé controversé sur notre territoire, et faisons le point sur les différents dosages de l'argent colloïdal.




Caractéristiques

Il s’agit d’une solution dont les propriétés antiseptiques sont vantées depuis bien longtemps. Pour autant, les scientifiques n’ont pu aboutir à un consensus quant à son utilisation. Les autorités continentales (par la voix de l’EFSA, l’autorité européenne de sécurité des aliments) ont tranché. Elles ont interdit la commercialisation de l’argent colloïdal en tant qu’aliment ou complément alimentaire.

Autrement dit, il est interdit de promouvoir l’usage interne de l’argent colloïdal : cet usage s’il se fait, résulte d’un choix individuel qui doit être éclairé. Les recommandations moyennes en termes d’usage externe ou interne sont détaillées ci-dessous et ne sont en aucun cas une incitation.


Argent colloïdal et usage interne

Les différents modes d’utilisation

L’argent colloïdal s’utilise de manière externe, en vaporisation ou en application directe.


De manière interne, on peut l’utiliser en bain de bouche ou gargarisme, en ingestion (dont la promotion est interdite en Europe), ou encore en nébulisation.


Ces dosages sont pour du 15 ppm, mais sont aussi valables pour du 20 ppm.


Action préventive

En traitement préventif, pour renforcer les défenses immunitaires et activer les échanges cellulaires :


  • les enfants de plus de 8 ans et adultes prendront un bouchon de 20 millilitres à jeun le matin, et le soir avant de dormir. On recommande en général une cure de trois semaines au printemps et à l’automne ;

  • pour les enfants jusqu’à 8 ans, simplement diminuer la dose à 10 millilitres, deux fois par jour.

Traitement

En traitement curatif contre les infections comme le rhume, l’angine, la grippe, la gastro-entérite, ou encore contre les ulcères gastriques ou la fibromyalgie :


  • en cas de fièvre : 20 millilitres toutes les deux heures jusqu’à ce qu’elle tombe ;

  • 30 millilitres le matin à jeun, le midi (10 minutes avant le repas) et le soir au coucher jusqu’à la disparition des symptômes ;

  • pour les enfants jusqu’à 7 ans : conserver la dose de 10 millilitres matin et soir, et en ajouter une le midi.

Problématiques diverses

Les dosages de l'argent colloïdal varient en fonction des troubles concernés:


  • Troubles de la bouche (abcès et douleurs dentaires, gingivite...) : effectuer un bain de bouche puis recracher. Renouveler l'opération plusieurs fois par jour. Dans le cas de la gingivite, des abcès ou de la parodontose, vous pouvez ajouter une prise de 20 millilitres le matin à jeun et le soir au coucher en complément des bains de bouche.

  • Troubles oculaires (conjonctivite, inflammation. chalazion...) : vaporiser l’argent colloïdal dans les yeux plusieurs fois par jour ;

  • Troubles de la sphère O.R.L (otite, sinusite, rhume, bronchite...) : vaporiser dans l'oreille, le nez ou la bouche plusieurs par jour. Pour les maux de gorge, le dosage est de 30 millilitres le matin à jeun, le midi et le soir au coucher (ne pas oublier le gargarisme avant d’avaler). Si nécessaire, notamment en cas de fièvre, prendre 20 millilitres toutes les deux heures. En cas d’infection respiratoire de type bronchite ou sinusite, effectuer des nébulisations d’argent colloïdal (à hauteur de 2 à 3 fois par jour). Y ajouter une prise orale de 30 millilitres trois fois par jour.

  • Troubles cutanés (acné, rosacée, herpès, eczéma, psoriasis, mycose…): 20 millilitres le matin à jeun et le soir au coucher en plus d’une application locale. Pour cela, vaporiser directement la zone concernée et laisser sécher, matin et soir. Attention, dans certains cas on peut observer une aggravation du problème avant que cela se résorbe.



Pour les verrues, les mycoses et autres champignons, les brûlures et les plaies, combiner une prise interne (20 millilitres matin et soir) et une application interne de type pansement à laisser agir toute la nuit. Une application à renouveler tous les soirs.


Dans le cas des problèmes de peau mineurs, il suffit de nettoyer la peau avec coton imbibé de produit puis de vaporiser la peau. Laisser sécher, et répéter matin et soir.


Maladies spécifiques

Pour la maladie de Lyme, de Crohn et la candidose, les dosages de l'argent colloïdal sont les suivants:


  • Maladie de Lyme : prendre 30 millilitres matin, midi et soir jusqu’à disparition des symptômes. Ensuite, continuer le traitement une semaine avant une semaine de pause, et continuer l’alternance. Si les symptômes sont à nouveau ressentis, reprendre 30 ml, matin, midi et soir en continu. Il est possible qu’une fatigue apparaisse au début du traitement.

  • Candidose et maladie de Crohn : 20 millilitres matin et soir. Les premiers jours, des maux de ventre peuvent se faire sentir.

Quelles recommandations?

Des recommandations simples sont à suivre pour tirer profit de l’argent colloïdal :

  • conserver le flacon à l’abri de la lumière directe et à température ambiante, 2 ans s’il n’est pas ouvert, et 1 an après ouverture ;

  • ne pas diluer le produit, et ne pas utiliser d’ustensile en métal ;

  • en cas de prise concomitante avec un médicament, les espacer d’une heure, et de 20 minutes pour un complément alimentaire.


Ce qu’il faut retenir : l’utilisation en ingestion d’argent colloïdal ne fait pas consensus dans la communauté scientifique. D'autre part, il existe des risques trop importants par rapport au service rendu. L’usage externe, comme cosmétique, est tout à fait possible. À chacun de faire un choix éclairé quant à l’usage de l’argent colloïdal.


Quels sont les dangers de l’argent colloïdal ?

L'argent colloïdal est une solution composée de particules d’argents, diluées dans de l’eau. Il est étudié et utilisé depuis des siècles pour ses formidables propriétés antiseptiques. Toutefois les études scientifiques ont pour la plupart échoué à prouver formellement ses bienfaits, et surtout l’absence de risques pour la santé. Nous faisons le point pour y voir plus clair sur les dangers avérés et présumés de l’argent colloïdal.


Description

Le monde utilise l'argent colloïdal comme antibiotique naturel depuis de longues décennies. Mais la découverte de molécules comme la pénicilline l’ont relégué au rang de traitement alternatif. Il est aujourd’hui régulièrement promu comme un complément alimentaire antiseptique. Cependant la réglementation a durci les conditions de sa commercialisation, en France notamment.


Incertitudes autour des dangers de l’argent colloïdal

Les autorités américaines et européennes ont pris la décision d’interdire l’usage interne de l’argent colloïdal. En effet, les nombreux bienfaits mis en avant manquent d’études scientifiques sérieuses pour les consolider. En outre, l’innocuité de l’argent colloïdal ingéré n’a pas été prouvée. À l’inverse, on sait que les particules d’argent sont absorbées dans tous les organes. De même, qu’il existe des risques d’effets secondaires sérieux. C'est la libération d'ions argent qui causerait ces effets secondaires, lors de l'absorption de la solution.1‌


Des études ont montré en particulier qu’un surdosage important pouvait entraîner des conséquences graves. On parle notamment de l’argyrie. Il s’agit d’une affection qui se caractérise par une coloration grise, voire bleutée de la peau. Cet effet secondaire, que l’on a pu observer dans le cas de prise intensive et de longue durée de particules d’argent, est durable. En effet seuls certains traitements au laser montrent des résultats encourageants pour annuler cette coloration.


De surcroît, on peut aussi observer l’argyrose, la coloration grise/bleue des yeux. Il faut noter que cet effet secondaire très inesthétique ne survient quand dans des cas d’ingestion excessive et chronique d’argent colloïdal.


Attention aux interactions médicamenteuses

Selon la très sérieuse Mayo Clinic, l’argent colloïdal présente des risques importants d’interactions médicamenteuses avec certains traitements. La pénicillamine (antirhumatismal) ainsi que les quinolones, tétracycline (antibiotiques) et la thyroxine (traitement de l’hypothyroïdie) en font partie. L’argent colloïdal diminuerait leur absorption dans l’organisme, les rendant donc moins efficaces.


En conclusion, les bienfaits de l’argent colloïdal ne semblent pas contrebalancer ses risques, selon les autorités. Les études citées de part et d’autre se répondent, sans que l’on puisse parvenir à un consensus scientifique autour de l’utilisation de l’argent colloïdal. En conséquence, nous concluons en déclarant que tout usage d’argent colloïdal autre qu’externe est un choix individuel.


Source : www.doctonat.com

54 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Mandalas